le blog

Retour à la liste des articles

Rythme et pulsation, quelle est la différence ?

Quelle est la différence entre le rythme et la pulsation ? Y a-t-il même une différence ? Ces deux notations sont effectivement bien différentes, mais complémentaires et dans la plupart des cas, totalement inséparables. Continuer à lire

La pulsation est un outil de mesure et une partie intégrante du rythme

La pulsation a un rapport direct avec le temps. La pulsation permet d’identifier les temps grâce à sa nature isochrone (régulière). Sa régularité garantit l’égalité des temps et se faisant, elle nous donne un tempo. Dans ce cas, la pulsation est bien un système de bornage qui nous donne une unité de temps.

Pierre Boulez définissait deux types de temps :

« Le temps strié, où la pulsation est l’unité du plus petit commun multiple, ainsi les structures de la durée se réfèrent au temps chronométrique en fonction d’un balisage systématique, la pulsation. »

« Le temps lisse, où il n’y a plus de mesure ni de rythme perceptible, mais un écoulement continu d’objets sonores en évolution. »

Exemple de pulsation
Mesure à quatre temps

exemple de pulsation mesure à quatre temps

Dans une mesure à quatre temps, la pulsation correspond au temps, c’est à dire aux noires.

Enfin, la division du temps en parties égales, demi-temps, tiers de temps, quart de temps, peuvent être perçus comme des sous-pulsations.

Exemple de rythme
Rythme composé avec des noires et des croches, avec une pulsation jouée sur le premier temps

exemple de rythme composé avec de s noires et des croches avec une pulsation jouée sur le premier temps

Dans cet exemple nous avons, sur le premier temps, une noire qui sert de pulsation suivie d’une cellule rythmique répétée deux fois

Exemple de sous-pulsations
demi-temps et quart de temps

sous-pulsation demi-temps et quart de temps

Dans la première mesure, les croches divisent les temps en deux parties. Dans la deuxième mesure, les doubles croches divisent le temps en quatre sous-pulsations.

« Le rythme n’est pas une mesure, c’est une vision du monde » Octavio Paz

Partons d’une définition élargie au-delà du domaine musical afin de saisir certaines notions essentielles pour comprendre ce qu’est le rythme.

« Le rythme est la caractéristique d’un phénomène périodique induit par la perception d’une structure dans sa répétition. Le rythme n’est pas le signal lui-même, ni même sa répétition, mais la notion de forme ou de mouvement que produit la répétition sur la perception et l’entendement. »

Dans cet extrait de la définition Wikipédia, on comprend bien l’importance de la répétition pour bien repérer un rythme. Cet aspect cyclique du rythme permet la perception de ce dernier.

La définition du rythme par Claude Abromont et Eugène de Montalembert

Le rythme musical est le résultat de l’organisation des durées, des timbres ou des accents successifs dans une phrase musicale, que celle-ci soit composée de hauteurs déterminées ou non ; une simple pulsation de durées successives régulières, si elle ne comporte ni accentuation, ni timbres différents, n’est pas encore du rythme ; qu’un seul de ces éléments soit différencié, et il y a rythme.

Et avec une batterie, ça donne quoi ?

Commençons par écouter les différentes possibilités entre le rythme et la pulsation avec notre exemple de rythme joué sur une batterie.

Rythme joué avec une pulsation
à la cymbale (notes avec des petites croix), les noires correspondent aux pulsations d’une mesure en 4/4

Rythme joué avec une pulsation

Rythme joué avec une pulsation en croche
La cymbale joue la sous-pulsation en croche

Rythme avec une pulsation en croche

Dans cet exemple, le même rythme joué avec des croches (les sous-pulsations), peut nous donner un sentiment de vitesse plus soutenu alors que le tempo reste identique.

Rythme joué avec la cymbale sur les contre-temps

rythme joué avec la cymbale sur les contre-temps

En conservant uniquement les contres temps à la cymbale, on obtient à la fois l’espace acoustique des noires et un sentiment de rythme plus soutenu grâce aux contres temps.

Rythme avec variation
Dans ce dernier exemple, on modifie à la fois le rythme et les pulsations.

Rythme avec variation

Dans ce dernier exemple, on a des changements à la fois dans le rythme (grosse-caisse/caisse claire) et les pulsations à la cymbale. On comprend bien l’intérêt de savoir faire la différence entre le rythme et la pulsation.

Atmosphère, atmosphère !

Pour conclure, il semble maintenant évident qu’il y a bien une différence entre le rythme et la pulsation. Cette dernière (la pulsation) nous permet à la fois de définir un tempo, mais aussi d’organiser le rythme, qui nous donne un balancement. L’avantage de bien maitriser ces deux notions est de nous offrir une multitude de variations avec un minimum d’éléments. En jouant avec le rythme et la pulsation, vous pourrez faire ressentir des différences de dynamique et d’atmosphère dans votre chanson, sans être trop bavard et laisser ainsi plus d’espace pour vos camarades de jeu.

Rythme Pulsation Batterie