enseignants

Nicolas Francart

Instrument enseigné : guitare
Professeur à l’ICM depuis : 2011
Ville(s) : Paris et proche banlieue

Quel est votre parcours de musicien ?

J’ai appris « sur le tas » comme on dit vers l’âge de 18 ans. D’abord avec les copains en jouant du blues et puis d’année en année, je me suis intégré à plusieurs formations dans lesquelles je tenais le rôle de guitariste soliste. De Jimi Hendrix à George Brassens, je suis passé par pas mal de groupes et de styles différents. J’ai vécu la musique comme une recherche, un laboratoire à idées, passant plusieurs heures par jour à inventer des riffs de guitare. Ce sont l’apprentissage du chant et l’écriture de textes de chansons qui m’ont fait changer de dimension et permis d’aller vraiment plus loin en structurant mon travail. En inventant une chanson de A jusqu’à Z, et en créant un arrangement qui puisse se jouer sur scène avec une formation réduite (3 ou 4 instruments), on est obligé d’être rigoureux et inventif. L’apprentissage de l’harmonie et des règles de composition est venu plus tard, pour comprendre ce que je faisais, ouvrir des perspectives, et bien sûr, communiquer avec les autres.

Quelle est votre recette pédagogique ?

Je n’ai pas de recette magique. Je m’adapte le plus possible à mes élèves. Cela passe donc par une période d’observation plus ou moins longue en fonction de chacun, pour comprendre ce qu’il veut, ce qu’il sait, ce qu’il pense vouloir, ce qu’il pense savoir. A partir des réponses obtenues nous établissons ensemble un programme que l’on suit plus ou moins rigoureusement en fonction des possibilités de travail. Mes cours se partagent en deux grands thèmes: apprentissage de la musique et apprentissage de l’instrument. L’apprentissage de la musique consiste surtout à comprendre comment on la fabrique, qu’est-ce qu’une mélodie, un accompagnement, une instrumentation. Il n’y a pas une goutte de solfège dans tout ça, ce n’est que de l’écoute et de la compréhension. Plus tard, j’introduis les intervalles, les accords, les gammes, toujours pas de solfège, mais une compréhension progressive de l’harmonie qui permet d’aborder tous les répertoires de la musique actuelle. Côté instrument, il y a la structure de l’instrument, comment sont organisées les notes, comment on se sert de cette organisation, et puis il y a l’apprentissage des mouvements, en rythme. On apprend à danser sur un instrument, trouver les appuis et les mouvements qui en découlent. Lorsque le niveau le permet, je mélange apprentissage des mouvements et invention de mélodie. J’essaye d’éviter au maximum le travail bête, c’est-à-dire sans plaisir ( ce qui n’est pas toujours possible). Le plaisir de chacun étant différent, les exercices sont inventés ensemble.

Et si vous étiez un morceau de musique, lequel seriez-vous ?

Si j’étais un seul morceau de musique, je serais bien malheureux car j’aurais sûrement rapidement envie d’être un autre morceau de musique, il en existe tant de si beaux pour tous les différents moments de la vie, ou alors je serais le morceau couleur du temps comme la robe de peau d’âne qui s’adapte au temps qu’il fait, mais celui-ci reste à inventer. J’y travaille.

Instruments