enseignants

Jérémy Bougeois

Instrument enseigné : basse et guitare
Professeur à l’ICM depuis : 2011
Ville(s) : Toulouse et alentours

Quel est votre parcours de musicien ?

J’ai commencé la musique à 4 ans par le violon. Je l’ai pratiqué pendant 10 ans, avec un parcours en conservatoire classique. J’adore le violon, mais à mes 14 ans, j’ai eu un trop plein. La musique classique ne m’attirait plus autant et j’ai donc arrêté. J’ai passé un an à continuer à jouer du violon de manière autonome, en m’autorisant de nouveaux univers que le conservatoire ne m’avait pas permis d’aborder (jazz, rock, folk, etc.).

A peu près dans le même temps, j’ai monté mon premier groupe avec des copains. Des reprises dans un premier temps, puis très vite vient l’envie de composer. J’ai vite compris que pour attaquer la composition, il serait plus simple de maîtriser un instrument polyphonique et c’est là que j’ai commencé à apprendre la guitare en autodidacte.

D’autre part, dans le groupe le violon ne s’entendait pas beaucoup (mais reconnaissons que sans micro, c’était une gageure!), et le groupe manquait cruellement de basse. Je commençais la guitare à des fins pratiques, mais la basse m’attirait vraiment beaucoup, et j’ai donc repris des cours, de basse jazz, en conservatoire. J’y ai rencontré un excellent professeur qui m’a montré qu’il n’existait pas que la méthode classique pour apprendre la musique, et j’ai adopté la basse comme l’instrument par lequel je me définis en tant que musicien.

Faute de finances, j’ai malheureusement dû arrêter les cours de basse. Cela ne m’a pas empêché de continuer à jouer, et à partir de ce moment là, j’ai commencé à enchaîner les rencontres, les projets musicaux, les groupes, bref, à jouer vraiment. Et pendant ce temps là, j’ai développé la polyvalence de mon profil de musicien, en testant de nouveaux instruments et surtout en développant mes connaissances dans le domaine de l’ingénierie du son.

Quelques temps plus tard, j’ai choisi de reprendre mes études pour approfondir mes connaissances musicales en entrant en fac de musicologie. Je me suis réconcilié (non sans effort!) avec le classique, j’y ai découvert encore d’autre types de musiques (concrète, improvisation libre, etc.), et j’y ai confirmé mon amour du son, au delà même de la musique.

Quelle est votre recette pédagogique ?

Pour comprendre ma recette, il faut préciser plusieurs choses : mon apprentissage personnel a été fait par la combinaison de plusieurs approches, ce qui me pousse à croire en la diversité des techniques pédagogiques.

D’autre part, j’ai commencé à donner des cours d’instruments en même temps que j’ai commencé à travailler dans des centres de vacances musicales, où chaque personne va aborder l’instrument de façon très personnelle. Je ne pense pas qu’il n’y ai qu’une seule méthode pour apprendre à jouer d’un instrument.

Ma recette pédagogique, c’est d’être à l’écoute de l’élève, afin de pouvoir répondre au mieux à ses attentes en monopolisant ce que j’ai appris, et ce que je continue d’apprendre. Les outils que j’utilise et que je transmets à mes élèves sont le résultat de la synthèse de tout cela.

Finalement, on pourrait dire que ma recette se résume dans cette question : « Pourquoi veux-tu jouer de : (mettre le nom de l’instrument) ? », pour le reste, je m’adapte pour atteindre le but que l’élève se fixe.

Et si vous étiez un morceau de musique, lequel seriez-vous ?

Impossible de ne choisir qu’un seul morceau ! Je joue et écoute de (presque) tout, alors si je devais répondre à cette question, je ne serais pas un morceau de musique, mais plutôt une compilation !

Mais s’il faut vraiment donner une réponse unique… alors «4′33″» de John Cage, ça me permettra d’être le morceau de musique adéquat en toute circonstance.

Instruments